Désolé, le click droit est désactivé pour ce site.

La chasse aux aurores boréales

Les voyageurs parlent souvent de « liste de choses à faire avant de mourir ». Dans ma liste, l’une des premières choses était de voir les aurores boréales. J’en rêvais depuis des années maintenant, c’est fait… C’est surtout à refaire absolument.

Avant de commencer, petite minute culturelle, les aurores boréales sont des aurores polaires au pôle Nord et les aurores australes sont au pôle Sud. Pour les admirer, il faut aller le plus proche possible de l’un des deux pôles du globe, la nuit, après une irruption solaire et surtout, un ciel dégagé. Rien de très exceptionnel, le cercle arctique est à seulement quelques heures d’avion de Paris, il fait souvent nuit en hiver et il y a presque tous les jours des irruptions solaires. Le ciel dégagé est finalement le plus difficile à obtenir. Malheureusement, la magie opère uniquement lorsque tous ces critères sont réunis en même temps, ce n’est donc pas si simple que ça. Sur place, les guides expliquent qu’ils possèdent de nombreux moyens technologiques, une multitude de sites internet, des webcams perfectionnées et des correspondants un peu partout pour de ne pas rentrer bredouille de la chasse aux aurores. Seulement ils sont tous soumis à l’imprévisible que j’appelle « la chance », qui généralement n’est pas ma compagne la plus fidèle.

Au mois de janvier 2017, depuis la région de Tromsø, il y a eu quinze jours où les aurores étaient visibles, ce qui est moins qu’à l’accoutumée. Je suis resté huit jours et je n’ai pu les voir qu’un seul soir. Il a fallu faire plusieurs heures de route depuis Tromsø pour trouver une petite éclaircie dans le ciel.

Durant toute la soirée, nous avons pu contempler plusieurs légers filets verts dans le ciel. Puis au moment de partir, alors que tout le monde était rentré dans les bus, seuls quatre retardataires dont je faisais partie, ont pu assister à de nombreuses et beaucoup plus grosses aurores. Forcément, tout le monde est redescendu et nous avons assisté à un magnifique spectacle sonorisé par des hurlements de joie. Malheureusement, mes batteries d’appareil photo étaient épuisées et seuls mes yeux et mon appareil photo 360 ont pu capturer ces instants magiques.

Le dernier jour, alors que j’admirai la ville de Tromsø depuis le point le plus haut, je capte dans la discussion d’un couple de retraités anglais qui était en train de picoler du whisky dans une flasque peu discrète, les mots « it’s not nothern lights ?» (ce n’est pas des aurores boréales?). Je lève les yeux au ciel et j’aperçois cette lumière verte… J’ai pris la photo ci-dessous à l’arrache parce qu’en quelques secondes elle avait disparu. J’ai adoré cette petite surprise improbable. Par contre, la photo est très floue, car les aurores ne se laissent pas capter si facilement. Désolé, mais si vous pensiez prendre en photo ce magnifique phénomène avec votre iPhone, vous allez devoir attendre la version iPhone 12… Des réglages spécifiques, notamment un temps de pose de plusieurs secondes sont nécessaires pour voir les belles apparaître.

One thought on La chasse aux aurores boréales

  1. Superbe !!! Je suis contente que tu aies pu les voir 🙂 En ce qui me concerne, c’est toujours sur ma liste… Lors de notre voyage hivernal en Islande fin 2014, le ciel est resté couvert tout le temps. Next time 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :