Désolé, le click droit est désactivé pour ce site.

Minneriya National Park

Dès l’arrivée dans la région du parc, les éléphants pointent le bout de leur trompe. Plusieurs fois, les véhicules font des appels de phares, cela indique que les pachydermes sont proches et qu’il faut être prudent. Ils se promènent, plus ou moins tranquillement le long de la route et les touristes s’arrêtent pour les photographier.

L’éléphant n’était pas le seul animal que je rêvais de voir au Minneriya. En effet, l’hôtel Jetwing Vil Uyana abrite une trentaine de Loris. Ces minuscules animaux nocturnes sont très farouches et très sensibles à la lumière, ce fut difficile de les apercevoir. Afin de les repérer, il faut s’équiper : de patience, de persévérance et d’une lampe et un d’un filtre rouge qui se reflète parfaitement dans leurs gros yeux. Je n’en ai vu que deux, très furtivement, mais j’étais quand même très content.

Lors de l’arrivée dans le parc, j’ai vite compris que de nombreux autres visiteurs seraient présents et que la rencontre ne sera pas très intime. Malgré l’arrivée aux aurores et la basse saison, des dizaines de jeeps sont déjà présentes et font la file. Le guide m’explique qu’en saison haute, il y a près de 400 jeeps pour 300 éléphants. Heureusement, le territoire est grand, lorsque les mastodontes ne souhaitent pas croiser d’humains, ils sont libres de se cacher. D’ailleurs, il n’est pas rare d’en croiser seulement un ou deux par safari.

Je me suis posé la question « Est-ce que ces safaris sont éléphant-friendly? « . La réponse est compliquée et elle n’est pas fermée. Si les entrées dans le parc ne sont plus payées, les éléphants n’auront plus de valeur et ils seront malheureusement chassés, comme dans le reste du territoire. A l’opposer, rentabiliser leur observation au sein de parcs permet de mieux les sauvegarder, mais je trouve que les conditions ne sont pas idéales. Il faudrait probablement plus réguler les entrées et mieux informer les visiteurs. Certains touristes mettaient la musique à fond juste à côté des éléphants, ça m’a scandalisé, mais malgré les dizaines de guides aux alentours, personne n’a rien dit. Que faire ?

Quelques minutes après l’entrée du parc, les troupeaux d’éléphants sont là, les hordes de jeeps aussi. J’ai eu beaucoup de mal avec ce tourisme de masse, mais j’ai dû en faire abstraction, au moins temporairement pour ne pas gâcher le moment.

Très rapidement, j’ai oublié toutes les autres voitures et j’ai été fasciné par la splendeur des paysages et hypnotiser par ces géants que sont les éléphants d’Asie.

Voici une petite vidéo des éléphants flânant autour des étendues d’eau du Minneriya National Park.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :