Désolé, le click droit est désactivé pour ce site.

Découverte du Sri Lanka

L’arrivée Sri Lanka

Ayubowan ! (bonjour en cingalais)

Ma passion pour les territoires insulaires et la biodiversité a orienté ma route vers le Sri Lanka, aussi appelé le Ceylan, nom qu’il portait jusqu’en 1972. La diversité de ce pays ne se situe pas que dans les paysages et les animaux. La culture n’est pas en reste grâce aux différentes religions et à l’histoire mouvementée du pays.

Un peu plus de 22 millions d’habitants peuplent le Sri Lanka, soit presque autant que l’Australie pour un territoire 120 fois plus petit. Près de 80% de la population parlent le cingalais et 20% parlent le tamoul. Comme souvent, les locaux étaient ravis que j’apprenne quelques petits mots de leur langue : ayubowan (bonjour), stutiyi (merci), Vaṇakkam (bonjour en Tamoul).

Le tour de l’île en 20 jours

Mon principal intérêt pour ce voyage était la découverte de la faune et de la flore, spécifiquement dans les parcs nationaux. J’ai seulement effleuré la culture du pays en visitant les sites qui me paraissaient les plus importants, comme le temple de la dent de Bouddha et les grottes de Dambula.

La carte ci-dessous représente mon parcours sur l’île. J’ai réussi à voir presque tous les paysages, sauf le top nord Sri Lankais, notamment la ville de Jaffna, trop éloignée. Les distances étaient relativement courtes, mais les routes très escarpées ne permettent presque jamais de dépasser les 60 km/h.

Un accueil plein de pattes

Après un confortable (grâce à Oman Air), mais long voyage jusqu’à Colombo, puis trois heures de route en direction du sud du Sri Lanka, vers Galle, je suis enfin arrivé dans un petit éco-lodge, le Huma Terra.

La première nuit a donné la tonalité de l’aventure : les bêbêtes en folie ! J’ai été particulièrement effrayé par ces deux gigantesques araignées en train de copuler sur la porte des toilettes, juste à côté du lit. Les recherches hâtives sur mon téléphone laissaient penser qu’elles étaient agressives et dangereuses, j’ai donc pris la décision de stopper leurs ébats avec un bon coup de chaussure, c’était elles ou moi. Finalement, le lendemain, j’ai pris le temps de m’intéresser aux défuntes araignées et j’ai découvert qu’elles pouvaient bien infliger de grosses douleurs en mordant, mais uniquement si elles étaient agressées, par exemple, serrées dans la main. J’ai regretté d’avoir tué ces bêtes qui étaient en fait très utiles puisqu’elles se nourrissent des nuisibles comme les cafards.

La ville de Galle

Cet arrêt n’était pas prévu à cause de la météo très capricieuse à cet endroit et à cette période de l’année. Le soleil, finalement présent, et la proximité de la ville, ont motivé ce petit arrêt culturel au Fort de Galle, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Ce fut une petite balade intéressante, mais la température très élevée a gêné la visite. La motivation pour se rendre dans la dernière forêt humide du pays a pris de dessus.

3 thoughts on Découverte du Sri Lanka

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :