Désolé, le click droit est désactivé pour ce site.

Balade sur le lac Titicaca

Le nom de ce lac m’avait marqué lorsque j’étais à l’école. D’ailleurs, les locaux ne prononcent pas « caca » mais « câcâ », un a qui se rapproche du o, sinon, cela les fait rire aussi. Toutes les spécificités techniques du lac, comme son immense superficie de 8 562 km2 ou son gigantesque volume d’eau (le plus grand d’Amérique du Sud) ont tendance à masquer son principal trait de caractère, l’ambiance ! En effet, il se dégage quelque chose de spécial sur ce lac, une énergie très particulière relayée par une luminosité presque mystérieuse.

La première ville croisée au bord du lac est Copacabana, non, pas celui de Rio De Janeiro, mais celui de Bolivie. Il s’agit d’un petit centre hyper-touristique où se vend plein d’objets d’artisanat local (ou chinois, on ne sait pas trop).

Du côté du Pérou le lac m’a paru un peu plus préservé, cela malgré les tas de déchets qui jonchent les routes. Une partie de la population locale vit sur le lac. Leurs habitations sont les cabanes sur ces petites îles, fabriquées par leurs soins, avec principalement la végétation locale paille, grâce à des techniques ancestrales et très éprouvantes.

Comme d’habitude, les moments où les paysages dévoilent tout leur charme, sont au lever et au coucher du soleil. Le lac Titicaca n’échappe pas à la règle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :