Désolé, le click droit est désactivé pour ce site.

Aloha Big Island

L’arrivée sur Big Island, Île d’Hawaii de son vrai nom, l’île volcanique, contraste avec Kauai. Les couleurs passent de l’hyper saturé vert au sombre noir. La pluie et les gros nuages gris accentuent ce sentiment d’hostilité. L’escale de six jours s’est divisée en deux, les trois premiers jours à l’ouest et les trois suivants à l’est. Le versant ouest était moins intéressant, mais tout de même agréable pour se balader. Je n’ai pas profité du nord-ouest qui abrite de splendides plages parce que celles-ci n’étaient pas compatibles avec la météo pluvieuse des premiers jours.

Afin d’avoir une vision globale de l’île, j’ai de nouveau opté pour le tour complet en hélicoptère depuis Kona. J’ai pu admirer plusieurs types de paysages, bleus, verts ou noirs, là encore, très contrastés. Je réserve les photos de lave et des volcans pour des articles dédiés.

Les coulées de lave séchées vues du ciel sont incroyables, elles illustrent la force indomptable de la terre. Cette vue aérienne permet de se rendre compte que rien ne peut arrêter une coulée se jetant dans l’océan.

En dehors de ces territoires meurtris, la végétation profite d’un sol fertile pour s’épanouir et créer des forêts luxuriantes. Comme partout à Hawaii, des arbres majestueux s’imposent dans les paysages. Certaines petites routes sont enveloppées de végétation et forment des tunnels de verdures époustouflants.

Big Island possède de hauts sommets, d’environ quatre mille mètres d’altitude, ceux-ci bloquent les nuages et génèrent de nombreuses précipitations. Toute cette eau se fraye des chemins entre les vallées pour se jeter dans l’océan grâce à de magnifiques cascades. Sur la première photo, ci-dessous, il est possible d’apercevoir, à gauche, un trek qui doit être très impressionnant à parcourir.

A Big Island, comme pour chaque lieu visité, le temps a manqué pour chercher les pépites cachées. En l’occurrence, les plages de sable noir que j’affectionne tout particulièrement. La seule que j’ai trouvée était bien cachée et elle avait une petite singularité qui m’a empêché de prendre de belles photos : elle était fréquentée par les amis nudistes.

Même si la partie ouest de l’île m’a moins passionné que la partie est, elle avait l’avantage d’offrir des couchers de soleil légèrement étouffés par les nuages. Cela générait une palette de couleurs pastel idéale pour le tableau du soir.

Comme pour toutes les autres îles d’Hawaii, à Big Island, il ne faut pas craindre des animaux sauvages. Les poules sont moins nombreuses qu’à Kauai, mais elles laissent plus de territoire au Nene, cet animal emblématique d’Hawaii qui vit sur les pentes des volcans. Cette espèce a été récemment sauvée de l’extinction. D’après Wikipédia, seulement une trentaine d’individus vivait dans les années cinquante. Les autres charmants compagnons, mangeurs de moustiques, les Geckos, sont très nombreux. Sur les deux espèces croisées le plus souvent, l’une charme par ses couleurs très vives, l’autre par ses aptitudes à choisir ses couleurs !

Côté activité, j’ai testé la tyrolienne (Zipline) de Skyline Eco-Adventures et j’ai trouvé que c’était amusant. Les amateurs d’adrénaline devront passer leur chemin, seulement trois des sept tyroliennes sont intéressantes et offrent une vue originale des cascades.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :